Chronique – Kaleb, tome 1 ✎

Kaleb – Myra Eljundir                                                          Editions Robert Laffont, 463 pages.

            (saison 1)                                                                                       (collection R)

kaleb,-tome-1---kaleb-1676422-250-400

Résumé : A 19 ans, Kaleb Helgusson se découvre 
empathe : il se connecte à vos émotions pour
vous manipuler. Il vous connait mieux que 
vous-mêmes. Et cela le rend irrésistible.
Terriblement dangereux. Parce qu'on ne peut
s'empêcher de l'aimer. À la folie, à la mort.

Sachez que ce qu'il vous fera, il n'en sera pas 
désolé. Ce don qu'il tient d'une lignée islandaise 
millénaire le grise. Même traqué comme une bête,
il en veut toujours plus. Jusqu'au jour où sa 
propre puissance le dépasse et où tout bascule...
Mais que peut-on contre le volcan qui vient de 
se réveiller ?

Mon avis :

  • L’histoire : Cela faisait un petit moment que j’attendais le bon moment pour partir à la rencontre de Kaleb. Ce qui m’a convaincu dès que j’en ai entendu parler c’est le fait que le personnage principal soit un anti-héros. Ça change totalement de ce qu’on a l’habitude de lire, habituellement on déteste les méchants (ou comme moi on les adore…..) mais là j’ai « adoré » détester Kaleb. Pour ce qui est de l’histoire, on découvre ce garçon un peu cliché du beau-gosse irrésistible qui malgré tout, n’arrive pas à trouver sa place dans la société. On découvre donc assez tôt que c’est à cause d’un don qu’il possède et fait de lui un empathe qui peut contrôler les émotions et mystèèèèèère. Je n’en dis pas trop car tout l’intérêt du livre et d’être dans l’ignorance. Je comprenais pas pourquoi sur le livre c’était inscrit « saison 1 » et non « tome 1 » et quand je l’ai refermé, j’ai compris ! Ce livre est comme une série, divisé en plusieurs parties de 10 chapitres et chaque fin de chapitres me sidéraient. Je n’exagère pas, je me sentais prise au dépourvu à chaque fois, j’imaginais quelque chose et PAF un élément me tombait dessus ! Franchement j’ai jamais lu un livre avec autant d’impatience de finir un chapitre. Des informations partout, des petits détails, des retournements de situation. C’était un premier tome dynamique, entrainant, prenant. Avec une histoire différente de ce que l’on a l’habitude de lire avec, pour une fois, un anti-héros masculin !
  • Les personnages : Je ne vais m’attarder que sur Kaleb parce que les autres personnages sont à découvrir au fil de l’histoire. Kaleb m’a charmé haha. C’est un garçon très charismatique qui sait obtenir ce qu’il veut. Il est partagé entre le Bien et le Mal, sans savoir ce qu’il doit faire et j’ai beaucoup aimé son côté « apeuré » par l’arrivée de son don. Il ne fait pas le mec qui est plus fort que tout le monde, qui gère et qui a besoin de personne. Son côté humain montre bien la frontière entre le Bien et le Mal qui est au centre de l’histoire. J’ai également apprécié les autres personnages, même les mauvais parce qu’ils ont une réelle histoire que j’ai prit plaisir à découvrir et comprendre.
  • Points + : Le côté anti-héros, une histoire sombre, violente qui ne laisse pas indemne. Le côté série qui fait ressembler chaque chapitres à un épisode qui se finit en mode : OMG.
  • Points – : Honnêtement je n’en vois pas. Ce n’est peut-être pas très objectif parce que c’est un livre qui répond à mes attentes et qui m’a convaincu sur tout les points. Donc ça dépendra vraiment des goûts de chacun. Le seul petit truc qui m’a fait tiqué c’est le style d’écriture de l’auteure qui m’a un peu perturbé durant les premiers chapitres, mais je m’y suis vite faite.

Conclusion : Dès les premiers chapitres ce livre a été un coup de coeur. J’ai été happé dans l’univers de Myra Eljundir et je tiens également à insister sur un point; au dos du livre est inscrit que ce livre est déconseillé aux âmes sensibles et moins de 15 ans. Je n’y ai pas fait attention au départ en pensant que c’était exagéré mais hahaha non ! Si vous êtes sensible au sang, la torture ou la violence, je ne vous conseille pas ce livre. Il y a des scènes vraiment dures psychologiquement qui m’ont fait frissonner; notamment une qui est centrée sur l’une de mes phobies…. Rien que d’y penser j’en ai des frissons.. À part ça, si ça ne vous rebute pas, foncez. Ça pourrait vous plaire de découvrir un univers différent où le mal est au centre. D’autant plus que le fond « mythologique » de l’histoire est intéressant.

PLAYLISTS :

– J’ai écouté du Muse, Fall Out Boy, Simple Plan.

« Kaleb quitte le bus sans que quiconque cherche à le retenir. Il est intouchable, souverain parmi les fous.
Comme le diable au milieu des enfers. »

– 18,00€ à La Fnac.


☕️

  • À très vite 💫

Page Facebook : here 😉

Publicités

5 réflexions sur “Chronique – Kaleb, tome 1 ✎

quelque chose à dire ? ♥

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s