Chronique – Je m’appelle Budo âœŽ

5167ML5Nh9L._SY344_BO1,204,203,200_Je m’appelle Budo – Matthew Dicks

Edition Flammarion 431 pages.

Mon avis : Me revoilà pour la chronique de ma dernière lecture de Mars (ce mois-ci ayant été compliqué pour moi, je n’ai pas pu lire tout ce que je voulais..) et qui m’a beaucoup plu. Tout d’abord je tiens à féliciter les éditions Flammarion pour le travail fait au niveau de la couverture du livre, qui donne l’impression d’être fluorescente, et également au niveau de la présentation des chapitres que j’ai trouvé sympa. J’ai vu plusieurs fois ce livre sur les blogs et chaînes Youtube, et j’avoue que sans avoir lu d’avis, je n’aurais peut-être pas craqué. Hors ! J’avoue que le fait que l’histoire soit du point de vue de Budo l’ami imaginaire m’a agréablement tenté et donc voili-voilou j’ai lu ce livre.

L’objet livre en soi nous pose les bases de l’histoire sans trop en dire : Budo est l’ami imaginaire de Max, un petit garçon de primaire qui va disparaître sous ses yeux et étant donné que Budo est imaginaire il va donc devoir se débrouiller tout seul (ou presque hin hin…) pour le retrouver. Au début je m’attendais à passer un moment drôle et de détente sans me prendre la tête. Et bien non, j’ai été surprise de voir la tournure que prend l’histoire à partir du moment où Max disparaît. Je suis passé par toutes les émotions, j’ai souris quelques fois, j’ai été touché, triste et surtout angoissée jusqu’au dénouement final aha ! L’auteur apporte dans son livre un aspect nouveau et très intéressant des amis imaginaires, j’aime beaucoup ce point, le fait que les amis imaginaires soient tous différents et aient leur propre personnalité. Budo, qui est l’ami imaginaire principal et également le narrateur m’a complètement conquise, il est un peu plus âgé que Max et il est très mâture malgré un petit côté enfantin. Il n’est ni trop exagéré, ni trop noeud-noeud. Pour ce qui est de Max, c’est un garçon atteint d’une forme d’autisme; enfin de ce que j’en ai dédui car ce n’est pas clairement exprimé dans le livre. On apprend seulement qu’il est différent autant aux yeux de ses parents qu’aux yeux des gens autour de lui. Il n’aime pas le contact physique, préfère être tout seul, est accompagné à l’école. Bref, je ne l’ai pas du tout aimé, je n’ai pas réussi à lui trouver de la sympathie; mais ça c’est sûrement parce que je n’aime pas les enfants….. Il m’a un peu fait penser au garçon de Wonder de RJ Palacio. C’est un petit garçon que j’ai trouvé assez méchant, peut-être que c’est sa maladie, je ne sais pas, mais vraiment son comportement envers ses parents ou Budo m’a déplu et ses réactions sont tellement immatures et il est vraiment naïf pour son âge.

À côté de ça, je pense que l’auteur a très bien su gérer ses personnages et son histoire. Certes il y a parfois quelques passages répétitifs voir même inutiles à mes yeux (comme un certain chapitre que j’ai trouvé pour ma part totalement écoeurant et sans intérêt !… je ne dis rien de plus, pour pas spoiler..) mais à côté de ça il y a une dynamique bien présente et une définition de l’amitié très sympa. Le sujet de l’handicap n’est pas abordé directement mais seulement en sous-entendu et je trouve que c’est suffisant pour comprendre l’histoire. D’ailleurs, étant donné que l’histoire tourne autour du monde de la jeunesse, le vocabulaire utilisé au court du livre est très fluide et facile pour la compréhension, ce qui permet d’attirer un public de tout âge.

Je pense que c’est un livre qui pourrait plaire à ceux qui ont lu Wonder cité plus haut, ou à l’inverse si ce livre vous a plu, vous pourriez aimé Wonder car les sujets se rejoignent; même si honnêtement j’ai préféré Je m’appelle Budo car l’intrigue est plus abouti et je suis fan du concept des amis imaginaires ! En conclusion, je vous le conseille vivement, le livre est très beau, facile et rapide à lire du fait que les chapitres sont nombreux et plutôt courts. Budo est un personnage tellement adorable et passionnant que rien que pour le découvrir je vous incite à lire ce livre, à découvrir Matthew Dicks qui a une plume très aérienne, légère et forte à la fois. J’ai été convaincu à 95% par ce livre; les 5% manquants étant : 1) MAX et 2) La fin, ou plutôt l’épilogue. Et là j’en appelle à ceux et celles qui ont lu ce livre : Je n’ai pas compris l’épilogue, je dois être idiote mais vraiment ces quelques lignes d’épilogue m’ont rendu l’histoire totalement flou, je ne l’ai pas compris, alors n’hésitez pas à me dire ce que vous, vous en avez compris dans les commentaires. Parce que ces quelques lignes m’ont empêchés d’avoir un coup de coeur et j’en suis déçue..

3124717799_1_3_OGeJkIGd

Résumé : Aussi longtemps que Max croit en moi, j’existe. Les gens disent que c’est ça qui fait de moi un ami imaginaire. Ce n’est pas vrai : j’ai mes idées et ma vie en dehors de lui. Mais j’étais là le jour où il a disparu. Je sais qu’il est en danger. Et je suis le seul à pouvoir l’aider.

15.00€ à La Fnac

Il n’y aura pas de bookhaul pour ce mois de Mars car : peu d’achats. Ni de bilan lecture car : peu de lectures. Pour mes lectures je ferai donc un update mi-Avril de façon à faire le point. Et également désolé du retard que je prends pour répondre aux commentaires et à vos articles ♥

N’hésitez pas à me dire si vous avez lu ce livre et ce que vous en avez pensé, si vous avez des questions et ce que vous avez compris de l’épilogue aha 🙂

– je vous aimes, prenez soin de vous ♥

 

3167425216_1_4_OfufOxL8

Publicités

10 réflexions sur “Chronique – Je m’appelle Budo âœŽ

quelque chose à dire ? ♥

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s