Chronique – Beautiful Bastard âœŽ

Processed with VSCOcam with m5 preset

Beautiful Bastard (2013)

Beautiful Bastard – Christina Lauren

Edition France Loisirs, 393 pages.

Mon avis : Très mitigé, très très très mitigé. Je ne sais pas vraiment pourquoi j’ai lu ce livre. Enfin si, j’aimais beaucoup la couverture. Je l’ai trouvé très classe, originale, le livre des éditions France Loisirs est vraiment très beau extérieurement comme intérieurement. Les chapitres sont alternés, un point de vue de Bennett, un point de vue de Chloé et chaque point de vue a sa propre police ce qui facilite le changement et l’adaptation. On est pas perdu entre les narrateurs. Pour ce qui est du résumé, il m’emballait pas tant que ça, je veux dire, avec de l’érotique il ne faut pas s’attendre à un truc de fou qui vous fait des noeuds au cerveau hein. C’est juste une histoire de tension sexuelle. Dans Beautiful Bastard c’est un peu ça, il n’y a pas vraiment d’intrigue, l’histoire est plate, sans originalité, la fin est évidente. C’est un condensé de sexe et de provocation, comme tout livres de ce genre. Le style érotique n’est pas un truc qui me plait, du tout. J’ai lu FSOG enfin je me suis arrêté à la moitié du tome 2 et je n’ai pas (encore) eu le courage de poursuivre; tout simplement parce que je trouve ça, pas mauvais, mais insignifiant. Je ne me permettrais pas de dire qu’un livre est nul, parce que ça reste le travail d’un auteur et que pour lui c’est important, mais honnêtement je ne comprends pas l’intérêt de ce genre littéraire et encore moins l’engouement que tout le monde a avec ça. Si j’ai lu Beautiful Bastard c’était aussi pour avoir un autre point de vue et pouvoir faire une comparaison par rapport à FSOG, histoire de ne pas me fermer totalement en disant : stop c’est nul, ils font que baiser, blablabla. Non ! Je pars du principe qu’un genre littéraire a le droit à plusieurs chances, comme chaque livre d’ailleurs. Donc j’ai voulu essayer de voir autre chose, mais conclusion : ce genre de lecture n’est point pour moi mes chers amis. 

C’est également le genre de lecture qu’il faut être prêt à lire, vous ne pouvez pas lire ça à n’importe quel âge. J’ai 18 ans, je suis consciente de ce que je lis, si on me demande je ne le nierais pas, parce que c’est mon truc de lire de tout. Alors oui, on m’a regardé bizarrement quand je parlais de FSOG mais ce n’est qu’un livre et il faut arrêter de faire croire que le sexe est toujours tabou dans la société, ces livres en sont la preuve. Je ne parlerai pas de mon avis sur FSOG ici, mais dans un autre article quand j’aurais lu la trilogie entièrement pour avoir une vision globale de la chose héhé.

Revenons-en au livre, la fin m’a laissé très perplexe, sur ma faim (sans mauvais jeu de mots…), je ne m’attendais pas à ça mais à quelque chose de plus concret. Mais ! Il parait que ce livre a une (ou plusieurs) suites, je ne le savais même pas. Donc peut-être que la fin était calculée. Enfin une chose est sûr, je ne pense pas que je les lirai parce que je n’aime pas du tout ce genre.

+ Je crois même qu’il y a des livres compagnons à celui-ci mais je n’en suis pas sûr du tout.

Conclusion, ce n’est pas un livre que j’ai aimé. Je l’ai trouvé trop simplet, trop plat, sans grand intérêt. Mais encore une fois, c’est mon avis et c’est également un genre que je n’apprécie pas, ce qui joue beaucoup. Mais si vous aimez le style érotique, vous pouvez toujours essayer !

3124717799_1_3_OGeJkIGd

Résumé : L’esprit vif, bosseuse et volontaire, Chloé Mills n’a qu’un seul problème, son patron : Bennett Ryan. Exigeant, direct, dépourvu de tact, ou d’une quelconque considération à l’égard d’autrui, il est absolument… irrésistible. Un salaud magnifique. Bennett retourne à Chicago après avoir séjourné en France pour jouer au sein de l’entreprise familiale qu’il dirige, un grand groupe de media, un rôle de premier plan. Rien ne laissait supposer que son assistante chargée de l’aider à distance lorsqu’il était à l’étranger, puisse se révéler être, cette sublime créature avec laquelle il allait désormais devoir travailler chaque jour. Malgré sa réputation, Bennett n’est pas du genre à entretenir une aventure sur son lieu de travail. Mais Chloé est si séduisante qu’il envisage de faire une entorse à la règle si c’est le seul moyen pour lui, de la conquérir, de se l’approprier, de la posséder. Alors que désir et attirance mutuelle ne cessent de croître jusqu’à un point limite, de non-retour, Bennett et Chloé doivent décider exactement ce qu’ils sont prêts à perdre ou à sacrifier, pour continuer à s’auto-posséder, l’un l’autre sans répit.

17.00€ à La Fnac – 9.00€ en format poche

etoile-horz2

N’hésitez pas à me donner vos avis, si vous avez lu le livre, ce que vous en pensez, est-ce que je devrais lire les suites, en commentaires 🙂

– je vous aimes, prenez soin de vous ♥

3167425216_1_4_OfufOxL8

Publicités

2 réflexions sur “Chronique – Beautiful Bastard âœŽ

quelque chose à dire ? ♥

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s